Clémentine CARRIÉ, est née en 1991 dans le Lot. Après une licence en "Philosophie et Cinéma" à l’université (Toulouse II Jean-Jaurès), elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’Audio-Visuel (ENSAV de Toulouse), en spécialité "Image" en 2015 et en spécialité "Réalisation" en 2017. Son projet de fin d’études La Peau du Désert (23min), interrogeait le rapport de l'intimité amoureuse aux normes sociales. Il racontait le quotidien d’un jeune couple, attendant un enfant, soudainement fragilisé par un évènement fantastique. 

Forte de son double parcours - passionnée par l'image et la réalisation - elle prolonge ses expérimentations visuelles en menant de front un travail en photographie argentique et des projets de films de fiction.

Vidéaste de la résidence de photographie 1+2, édition 2017, elle se questionne alors sur la manière de créer une narration cinématographique en images fixes et y réalise le documentaire/carnet vidéo Les jours, Cahiers photographiques (26min). La même année, suite à une commande de La Cinémathèque de Toulouse et de L’Institut Jean Vigo elle ré-interprète des films d’archives amateurs de 1910 à 1980, pour montrer l'évolution au fil des années du quotidien dans les montagnes, Filmer les Pyrénées (51min).

En 2018, elle écrit et réalise Gronde Marmaille (15min), court-métrage de fiction produit par Duno Films, sélectionné dans une cinquantaine de festivals. Retraçant un souvenir d’enfance imaginaire, ce film questionne notre interaction avec la nature, en expérimentant une narration entre réalité quotidienne et imaginaire magique.

Résidente à Guéthary, au Pays Basque, en 2018 et à L’Espace St Cyprien, à Toulouse, en 2019, elle réalise deux œuvres autour du déni et de la rupture, mêlant photographies argentiques et montage sonore : Les écailles de la mer et Poussière, sélectionné en compétition nationale au Festival de Clermont Ferrand (2020). 

Son nouveau court-métrage de fiction, Gravats (Duno Films, en cours de production) raconte la difficulté d'un tout jeune couple à effacer les traces fantomatiques d'un amour passé. 

L'Île Vorace, son premier long-métrage de fiction, (en cours d'écriture) est une fable écologique, questionnant la relation d'une communauté insulaire à la terre qui l'héberge. Elle cherche à y expérimenter une narration où imaginaire et réel s'enrichissent - floutant les frontières du vraisemblable - afin de réfléchir à la manière dont nous nous développons socialement et quelle relation nous désirons tisser avec la nature qui nous entoure.


CONTACT

clementine.carrie@yahoo.fr

+33(0)6 22 02 76 81

Using Format